PEOPLE

Cristiano Ronaldo : accusé de viol, son avocat parle de "pure invention"

11 octobre 2018 à 11h18



Une défense qui n'a pas été au goût du journal allemand « Der Spiegel », qui s'est offert un droit de réponse. Il fallait bien que ça arrive. En effet, Cristiano Ronaldo n'allait pas se laisser attaquer de partout, sans rien répondre ; Résultat, son avocat vient récemment de lancer une offensive, assurant que toutes ces accusations n'étaient que pures invention. Selon lui, le portugais dément le plus fermement possible ces allégations et s'estime même victime d'une machination, amplifiée par le mouvement #MeToo et son aura médiatique. Pour rappel, une jeune femme de 34 ans assure que CR7 l'aurait violé dans sa chambre d'hôtel de Las Vegas, en 2009.

« M. Ronaldo a toujours clamé que cette relation était consentie, et bien que M. Ronaldo ne nie pas l’existence d’un accord financier, ses motivations pour accepter cette solution ont été déformées, pour ne pas dire plus. Loin de tout aveu de culpabilité, il a été conseillé à M. Ronaldo de résoudre en privé les accusations portées contre lui afin d’éviter les inévitables tentatives désormais en cours pour détruire une réputation bâtie sur le dur labeur, le sport et l’honneur. Il est déplorable que les médias se fassent le relais d’une campagne de diffamation délibérée basée sur des documents volés par un hacker et facilement manipulables. »

L'équipe du Spiegel, par qui le scandale a été dévoilée, a récemment décidé de réagir, contactant nos confrères de 20 minutes. Selon eux, le journal allemand confirme et maintien ses révélations... « Nous n’avons aucune raison de croire que les documents à partir desquels nous avons mené notre enquête ne sont pas authentiques. Ils ont tous été vérifiés. De plus, jusqu’ici, les avocats de M. Ronaldo ont toujours qualifié notre enquête "de fiction journalistique". Ils admettent maintenant que l’accord financier avec Mme Mayorga existe bel et bien. De fait, si l’un des nombreux avocats de M. Ronaldo a menacé de poursuivre en justice le Spiegel pour ses révélations, il n’en a rien été jusqu’ici. Ce n’est pas notre rôle de juger, et la présomption d’innocence s’applique bien évidemment à M. Ronaldo durant la procédure. »

Une manière de continuer à mettre la pression sur le footballeur dont l'empire commence à vasciller. Supporté jusqu'ici par la Juve, Nike, son sponsor, assure garder un oeil attentif à l'évolution de la situation et semble prêt à lâcher sa tête de gondole.