MUSIQUES

Quand We Love Green devient We Love Rap

04 juin 2018 à 18h24 Par DJ Tik
Crédit photo : Amin & Hugo




Un signe de plus que le rap domine actuellement la musique et les coeurs

A l’origine We Love Green, selon sa fiche Wikipédia, est un festival électro-pop. Et lorsqu’on regarde la programmation des trois premières éditions c’est effectivement le cas. Il faut attendre 2015 pour voir le premier rappeur à l’affiche du festival, en l’occurrence Joey Bada$$. En 2016 We Love Green avait frappé fort avec l’annonce surprise de PNL dans sa programmation, s’assurant les premiers pas du groupe sur scène lors d’un festival. Une exclusivité qui aura su séduire les fans et les médias.

En 2017 on constate que la tête d’affiche est A Tribe Called Quest, qui finalement annulera au profit de Justice. Mais lorsque l’on regarde la liste des noms on observe une montée en puissance des rappeurs avec la présence de Damso, Action Bronson et Anderson .Paak. On peut mesurer l’importance d’un artiste à la capacité que l’on a de lire son nom de loin dans la programmation.

2018 est l’année de la consécration de cet état de fait : le rap domine. Orelsan et Migos bénéficient des meilleurs spots sur la journée du samedi (celle à laquelle j’ai assisté). Myth Syzer a servi d’appetizer pour la venue de Lomepal, comme j’ai pu l’entendre dans la fosse. Mais Myth Syzer a une très bonne côte de popularité auprès des jeunes. Et l’idée d’amener sur scène tous les guests présent sur son projet Bisous a su conquérir le public. Orelsan était un succès garanti à l’avance tant la foule lui était acquise. Il aura su assurer le show et montrer que son nouvel album se prête parfaitement à l’expérience scénique. Concernant Migos j’avoue avoir eu un doute sur leur capacité à rassembler le public hétéroclite de We Love Green. Mais très clairement, le trio d’Atlanta était très attendu et une foule est venu se masser autour de la Clairière, nom de la scène qui leur était réservée, pour danser sur les nombreux bangers qu’ils avaient à disposition.

Sur la programmation du dimanche on aura pu observer que Moha La Squale était en concurrence directe avec Bjork mais concrètement il s’agissait de retenir les fans de Tyler, The Creator posé comme le clou du spectacle qu’aura offert We Love Green.

Le rap fait vendre et pas qu’en streams. We Love Green affichant complet avec 38 000 billets vendus sur la journée du samedi 2 juin en est une preuve. Les organisateurs de festival ne s’y trompent pas. Et ce n’est pas Rock En Seine qui a placé PNL, Macklemore et Post Malone dans son top 5 des artistes ou Calvi On The Rocks qui vient d’ajouter Booba en tête d’affiche de sa programmation, qui nous contrediront.