PEOPLE

Son passé dans le porno, ses octuplés et ses 14 enfants ou ses envies suicidaires : retour sur le parcours de Nadya Suleman.

30 décembre 2017 à 14h53



Nadya Suleman, 42 ans, a vécu une histoire hors du commun.

En 2009, le nom de Nadya Suleman devient mondialement connu. En effet, cette Américaine de 36 ans décide de recourir à une nouvelle fécondation in-vitro. Résultat ? Elle tombe enceinte de huit enfants, qu'elle décide de garder malgré les recommandations du corps médical. A ce jour, ces octuplés restent à ce jour les seuls octuplés au monde à tous avoir survécu. Déjà mère de six enfants, Nadya se retrouve en difficulté financièrement et se retrouve ainsi à jouer dans un film porno avant d'être engagée dans une boite de strip-tease à Las Vegas. 



Récemment interviewée, cette maman de quatorze enfants a accepté de revenir sur son incroyable parcours. Concernant son brief passage dans le monde du porno et du strip-tease, Nadya regrette que cette carrière l’ait peu à peu brisé, et ce,  même si le film dans lequel elle a tourné lui permet, encore aujourd’hui, d’arrondir ses fins de mois. « J’étais dans un gouffre financier et devoir prendre soin de 14 enfants m’a quasiment poussée à commettre l’irréparable », avoue-t-elle. Des envies de suicide qui l’accompagneront pendant de longs mois. « Je ne voulais plus vivre, je ne me sentais même plus comme un être humain avec ce personnage que je prétendais être afin de survivre et subvenir aux besoins de ma famille. Qu’est-ce qu’Octomom me dégoûtait. J’avais peur que mes enfants se souviennent de moi comme telle… J’ai été obligée de faire toutes ces choses parce que j’étais bien trop terrifiée à l’idée de ne pas pouvoir les assumer et leur donner la vie qu’ils méritaient. » Au bout du rouleau, la jeune femme ne survit finalement que grâce à l'aide de médicaments mélangés à de l'alcool.



Le déclic interviendra à l'aube de ses 42 ans. Alors qu'elle travaillait dans sa boite de strip-tease, un homme vient vers elle et lui répète cinq fois "vous n'êtes pas obligés de faire cela". « Je n’ai pas pu retenir mes larmes, elles roulaient le long de mes joues. J’avais cette horrible envie de vomir. J’ai regardé le sol un moment et lorsque j’ai relevé les yeux, il était parti ». Très vite, elle décide de reprendre sa vie en main et redevient Nadya Suleman. « J’ai su que je devais retrouver ce qu’il y avait de sain en moi. Je ne voulais pas priver mes enfants d’une mère. L’idée, c’est que tout est lutte, c’est le meilleur apprentissage. Se battre. J’ai appris à devenir reconnaissante pour chaque minute, chaque jour, chaque petit moment, rien de matériel, mais pour le temps passé avec ma famille ».

Aujourd'hui, Nadya travaille en tant que conseillère pour les toxicomanes et les alcooliques.