FAITS DIVERS

Violences de 2013 : trois policiers relaxés par la justice

05 juillet 2018 à 15h12
Crédit photo : Thibault Camus/AP/SIPA




Ils étaient poursuivis pour de grave faits de violence.

Trois policiers étaient récemment jugées pour des violences intervenues le 25 juin 2013, dans une cité de Villemomble. Le principal fait reproché ? Une femme serait devenue borgne après un tir de grenade de désencerclement en sa direction. Cependant, la justice a estimé que les trois prévenus ont agi en état de légitime défense. Une aberration pour le fils de la victime : « Nous, on a toujours respecté la police, parce que c’est un métier très noble, mais comment faire si ce métier noble ne reconnaît pas ses erreurs ? ».

Dans les faits, le 25 juin 2013, des policiers interpellent un jeune homme de 20 ans, qu'ils ont tout simplement confondu avec une autre personne. Son frère, âgé de 21 ans, tente alors de s'opposer à cette interpellation, rendant la situation tendue. Des habitants du quartier se sont alors approchés afin de savoir ce qu'il se passait. Un échange de projectile et de lacrymogène éclate alors. Reculant, les habitants sont alors visés par un tir de grenade de désencerclement, touchant la victime, qui se trouvait donc au mauvais endroit, au mauvais moment.

Au cours de sa délibération, la justice a reconnu que cette grenade était la cause de la blessure, mais a assuré que les policiers ont agi en état de légitime défense, leur sécurité ayant été mise en danger. Les deux autres policiers, jugés pour violences, ont également été relaxés.